sea, sex and makeup ou le sexe, dernier argument marketing des marques de cosmétique

dior_show_extase

Better than sex, Orgasm, Extase, Sexpresso. Pour quelqu’un qui ne connait rien au monde des cosmétiques, ces trois mots n’évoquent rien de plus que l’univers du plaisir charnel. Mais dans le monde des cosmétiques, il en est tout autrement.

Ces noms renvoient à des références en maquillage : des produits pour les 3 premiers (dont 2 mascaras rappelant au passage la forme du sexe masculin) et un nom de fard à paupière pour le 4ème.

article4(2)

J’aurais d’ailleurs pu ajouter à cette liste le mascara « Perversion », nouveau-né d’Urban Decay nommé ainsi en référence au film « Fifty Shades of Grey »… Impossible de parler de ces produits/fards sans évoquer le succès phénoménal qu’ils ont connu et qu’ils connaissent encore maintenant dans le milieu des cosmétiques. Avant leur apparitions, les marques Diesel et Saint Laurent avaient osé la comparaison avec de la drogue (respectivement avec les parfums « Loverdose » et « Opium »).

Il s’en ait fallut de peu pour que les marques de maquillage rebondissent en prenant comme nouvelle référence l’univers encore plus tabou qui est celui du sexe. En s’appropriant cette nouvelle référence, les marques imposent une certaine vision de leur produit (et donc du maquillage). Celui-ci est léger, futile et toujours associé au plaisir. Cette dernière valeur faisant d’ailleurs l’objet d’une véritable apologie dans notre société à travers les médias, on peut dire que le maquillage n’est que le reflet de notre époque. Too Faced est d’ailleurs selon moi le plus fort : en appelant son mascara « Better than sex » il ne se contente pas de l’assimiler implicitement à quelque chose du ressort du sexe (comme avec « Orgasm » ou « Extase ») mais le compare explicitement (« than ») en établissant une hiérarchie (« better ») d’où le mascara sort victorieux.

better_than

C’est d’ailleurs cette même marque qui j’ai l’impression, investit le plus dans le marketing (envoi de nouveauté à des blogueuses et youtubeuses). Les marques adoptent une véritable stratégie d’utilisation de l’image, au sens figuré comme au sens propre… comme en attestent les dernière campagnes de publicité de Mac et Yves Saint Laurent. Celles de Mac présentées successivement dans ses boutiques mettent en scène des images ultra léchées de femmes parfois presque dévêtues et dans des positions utlra suggestives (pour ne pas dire rabaissantes) comme c’est le cas avec Miley Cyrus.

On entre comme dans une espèce de concours de l' »hypersexualisation » des cosmétiques.

ps : ne faites pas comme moi à essayer de chercher des images du blush « orgasm » sur google image en omettant le mot « blush » dans la requête… Ca ne marchera pas…

Sur le même thème

2 réflexions sur “sea, sex and makeup ou le sexe, dernier argument marketing des marques de cosmétique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *